Select Your Style

Choose your layout

Color scheme

Une école au nom de Michaël Pellegrini

Article RL du 01/07/2017

Herserange : l’école des Chalets prend le nom de Michaël Pellegrini

Ce vendredi, 300 personnes étaient massées dans la cour de la maternelle des Chalets de Herserange pour un baptême assez particulier. L’établissement scolaire a pris le nom de Michaël Pellegrini, victime de l’attentat de Nice originaire de la commune.

Sur l’écran installé au milieu de la cour défile un diaporama de photos prises à des époques variées, comme dans un mariage. Seulement ce vendredi, il n’était pas question de noces, mais d’un baptême très particulier pour l’école des Chalets de Herserange. L’établissement scolaire aux 67 élèves a pris le nom de Michaël Pellegrini, victime de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016. Quelque 300 personnes se sont massées sous les fenêtres de la maternelle pour rendre hommage au Herserangeois fauché lors de l’attaque terroriste à seulement 28 ans : membres de sa famille, amis, habitants de la ville, élus…

Mais aussi des anciens élèves de Terminale de cet enseignant du lycée privé des Récollets à Longwy. Comme Marie Puttilli et Laurence Heda, 19 ans, respectivement de Saint-Laurent-sur-Othain et Hussigny-Godbrange. « Qui aurait pu croire qu’on allait autant s’attacher à vous ? », interroge Marie, au nom des 30 camarades de son ancienne section économique et sociale. « Vous avez su créer une unité dans notre classe qui n’était présente nulle par ailleurs », confirme Laurence, quelques instants plus tard.

Cet attachement, cette unité, étaient hier ceux de toute une commune, d’un bassin, prouvant que, presqu’un an après le drame de la Promenade des Anglais, l’émotion et l’intensité du souvenir étaient intactes. Autour de Michaël Pellegrini bien sûr. Mais aussi de sa mère, Véronique Lyon, et de ses grands-parents, Christiane et François Locatelli, tous trois fauchés le jour de la Fête nationale. Ainsi que de Camille Murris, victime niçoise dont les parents avaient fait hier le déplacement jusqu’à la maternelle de l’allée des Chalets.

« On ne pourra jamais oublier »

« Ici, les enseignants auront le devoir d’expliquer aux écoliers pourquoi l’école porte votre nom. Une manière de montrer qu’on ne pourra jamais oublier le 14 juillet 2016. Qu’on ne pourra jamais vous oublier Michaël, Véronique, Christiane, François, Camille… », énumère à son tour Gérard Didelot, maire de Herserange. Dans ce même esprit de devoir de mémoire, la municipalité dévoilera, à l’occasion la Fête nationale, « une stèle commémorative pour les 86 victimes de l’attentat de Nice et plus largement toutes celle du terrorisme », suite à la réfection du monument aux Morts.

De leur côté, Marie Puttilli, Laurence Heda, ainsi que leurs copines Pauline Trombini ou Emma Ponsardin continueront « à raconter à ceux qui ne le connaissaient pas qui était Michaël Pellegrini » : « le professeur qui nous a le plus marqué », « toujours disponible », « jamais moralisateur », « désireux d’aider chacun à réussir ».

« On était 31 dans notre classe et, ensemble, on totalise beaucoup d’anecdotes, résume Emma. Aujourd’hui, on aimerait bien réussir à se réunir, peut-être une fois par an, pour boire un coup en son honneur et lui rendre hommage à notre manière. » Et ainsi continuer à faire vivre le nom de Michaël Pellegrini. Dans son école et au-delà.

To Top