Select Your Style

Choose your layout

Color scheme

Double casquette pour J.-Baptiste Leheup

Article RL du 08/09/2017

Double casquette pour J.-Baptiste Leheup

En cette rentrée, le district de police nord meurthe-et-mosellan a retrouvé un chef, et l’hôtel de police de Mont-Saint-Martin un commissaire. Le Messin Jean-Baptiste Leheup, 36 ans, a pris la double casquette fin août. Il a été officiellement installé hier.

Depuis le lendemain de l’arrivée du Tour de France à Longwy, l’hôtel de police de Mont-Saint-Martin n’avait plus de commissaire. Et le district de police du Pays-Haut, plus de chef. Cette situation n’a désormais plus lieu d’être. Officiellement installé hier, Jean-Baptiste Leheup chapeaute les 200 fonctionnaires des commissariats de Longwy, Briey, Conflans-Jarny et Villerupt depuis le 28 août.
Le nouveau détenteur de la double casquette est un « pur Lorrain » de 36 ans, né à Nancy, mais vivant désormais à Metz. Pourtant, c’est à Rochefort, en Charente-Maritime, qu’il a débuté sa carrière d’officier en 2006, à sa sortie de l’Ecole nationale supérieure de la police de Lyon. « Rochefort est une circonscription de 25 000 habitants avec un sous-préfet, un procureur, une maison d’arrêt… On y est tout de suite dans le bain d’un service complet ! »
Malgré les 650 km séparant cette première affectation du Pays-Haut, Jean-Baptiste Leheup ose un parallèle : « On imagine souvent que Rochefort, c’est la plage et le soleil. Mais ses problématiques se rapprochent de celles du bassin de Longwy : là-bas, l’armée a abandonné le territoire ; ici, c’est la sidérurgie. Aujourd’hui, ce sont des secteurs avec des dominantes sociales importantes, qui créent des attentes de la population envers les services de l’Etat… dont la police, concernant la sécurité. »
En mars 2010, le Lorrain est revenu sur ses terres, comme chef du service de sécurité et de proximité à l’hôtel de police messin. Sous ses ordres, 300 fonctionnaires : brigade de roulement, anticriminalité, à VTT… « C’est tout de même un travail d’équipe lors duquel vous œuvrez avec différents experts : les motards pour la route, la section d’intervention pour l’ordre public… C’est extrêmement formateur ! Vous avez beau avoir tenu une circonscription de 20 000 habitants, lorsque vous gérez un match de foot de Ligue 1 avec autant de spectateurs, c’est pas la même chose ! »

Discret et « rigoureux »

En 2014, le fonctionnaire s’est accordé une parenthèse de six mois pour veiller sur sa famille. Une partie de sa vie qu’il « aime scinder de l’aspect professionnel ». Marié, le Messin est aujourd’hui père de trois garçons et d’une petite fille de respectivement 2, 8, 10 et 5 ans. Il n’en dévoile pas beaucoup plus : Jean-Baptiste Leheup est un homme discret. Discret, mais « humain et rigoureux » selon son nouveau patron, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP54), Nicolas Jolibois.
Pour partie, cette expertise lui vient de son dernier poste en date : chef de la sûreté départementale, toujours à Metz, alors sous la responsabilité du DDSP de la Moselle, Hervé Niel. Ses dossiers ? Diversifiés : homicides, trafics de stupéfiants, affaires de mœurs, violences urbaines, cambriolages, etc.
En prenant la double casquette de chef du district nord meurthe-et-mosellan, Jean-Baptiste Leheup souhaitait « retrouver un poste complet, où l’on ne partage pas ses compétences. Et où l’on gère en même temps les patrouilles de police secours, des unités d’enquêtes, de police technique et scientifique, les contacts avec les élus, bailleurs sociaux… » Et d’autres encore.
A ce titre, la journée d’action du 12 septembre permettra au nouveau commissaire « d’avoir un premier contact avec les représentants des mouvements sociaux sur la circonscription ». Le rendez-vous est pris.

X. J

To Top